Quand le reflex devient une chambre