Oracle, ô désespoir !