Le stabilisateur : ni gadget, ni panacée