La sécurisation des transactions mise à mal