Coupe du monde : un lapin sur la pelouse