En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Comment la NSA a espionné les conversations téléphoniques en France

Selon Le Monde, les services secrets américains ont non seulement récolté des millions de connexions téléphoniques, mais aussi procédé à des enregistrements automatiques de conversations et de SMS. Le gouvernement est outré.

laisser un avis
La France a donc bien été la cible d’une cybersurveillance massive par le NSA. Selon Le Monde, les services secrets américains ont effectué 70,3 millions d’enregistrements de données téléphoniques des Français entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier 2013, avec des pics pouvant presque atteindre les 7 millions d’enregistrements par jour. Cette information avait déjà été révélée en juin dernier par le magazine allemand Spiegel et le journal anglais The Guardian. Mais Le Monde, qui a désormais un accès direct aux fichiers d’Edward Snowden par l’intermédiaire du journaliste britannique Glenn Greenwald, apporte un certain nombre d’informations complémentaires, notamment sur les méthodes utilisées et les informations collectées.
Ainsi, on pensait que cette collecte ciblait uniquement des données de connexion (qui appelle qui à quel moment). Or, il s’avère que le contenu des échanges est également enregistré. La NSA disposerait ainsi d’un registre de « numéros clés ». Quand ils sont utilisés dans l’Hexagone, les plateformes d’interception des services américains  « activent un signal qui déclenche automatiquement l’enregistrement de certaines conversations. Cette surveillance récupère également les SMS et leur contenu en fonction de mots-clés. Enfin, de manière systématique, la NSA conserve l’historique des connexions de chaque cible », indique Le Monde.

Espionnage économique et politique

Les techniques utilisées pour ces interceptions apparaissent sous les codes « DRTBOX » et « WHITEBOX ». Leurs caractéristiques ne sont pas connues, mais il s’avère que le premier est nettement plus efficace que le second. Entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier 2013, DRTBOX a permis de récolter 62,5 millions de données téléphoniques et WHITEBOX 7,8 millions. Les documents analysés par Le Monde permettraient de dire que les cibles ne sont pas seulement personnes suspectées de liens avec des activités terroristes, mais aussi des individus « visés pour leur simple appartenance au monde des affaires, de la politique ou à l’administration française ». Bref : il ne s’agit plus de contre-terrorisme, mais d’un espionnage politique et économique.
La NSA siphonne le téléphone en France.
© Le Monde
La NSA siphonne le téléphone en France.
agrandir la photo
Le gouvernement s’est montré outré par ces nouvelles révélations. « Ces révélations sont choquantes et vont appeler des explications précises dans les heures qui viennent des autorités américaines. (...) Si un pays allié espionne la France, c’est totalement inacceptable », a indiqué Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, sur les ondes d’Europe 1 ce matin.  

De son côté, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a annoncé ce matin avoir « convoqué immédiatement » l’ambassadeur des Etats-Unis à Paris. « Ce type de pratiques entre partenaires qui portent atteinte à la vie privée est totalement inacceptable. Il faut s’assurer, très rapidement, qu’en tout cas elles ne sont plus pratiquées », a-t-il ajouté, selon Le Point.
Lire aussi:
La France a été la cible d’une cybersurveillance massive par la NSA, le 01/07/2013
La NSA s’est infiltrée dans le VPN du Quai d’Orsay, le 02/09/2013
Notre dossier sur Prism et l'espionage américain
envoyer
par mail
imprimer
l'article


Newsletter 01net. Actus

@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Elon Musk et Steve Wozniak lancent un appel contre les robots tueurs
Amazon pourrait ouvrir des supermarchés d’un nouveau genre
Stephen Hawking va répondre aux questions des internautes sur Reddit
Les requins sont devenus des stars sur les réseaux sociaux
Universal demande à Google le retrait d’un lien pirate qui pointe vers son propre réseau
Sony se lance dans les drones pour observer la Terre
Découvrez vos héroïnes de jeux vidéo avec de vraies formes féminines
GoPro vendra vos films réalisés avec ses caméras
Apple : ce qu’il faut retenir de ses résultats financiers en huit points
Si Nintendo créait un smartphone, il pourrait ressembler à ça
Vidéo : un robot a « appris » à jouer au ping-pong
L'un des fondateurs du défunt site de streaming Grooveshark meurt à 28 ans
La Hadopi a franchi le cap des 5 millions d’avertissements pour piratage envoyés
Vidéo : découvrez la première livraison par drone autorisée aux Etats-Unis
Samsung Galaxy Note 5 et S6 Edge+, vont-ils ressembler à ça ?
Google Car, un nouvel accident, trois blessés et toujours pas responsable
Vidéo : toutes les technos pour sécuriser votre maison
Facebook veut vous faire passer à la caisse
Vidéo : la technologie au service de votre sécurité au volant
Tesla possède désormais 12 Km2 pour sa « giga usine » dans le Nevada