En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Business

Web : les DRM en bonne voie d’être intégrés dans les standards du W3C

Après presque six mois de réflexion, le W3C, par la voix de son directeur, Tim Berners-Lee, vient de donner son feu vert à l’intégration de verrous numériques dans les standards Web. Une décision qui inquiète les défenseurs des libertés en ligne.

laisser un avis
En toute discrétion, le W3C vient de franchir une nouvelle étape qui pourrait mener à l’intégration à courte échéance des DRM dans le standard HTML 5.1. Tim Berners-Lee a en effet déterminé que « la lecture de contenu protégé » ou verrouillé par des DRM entrait dans le champ de compétences du groupe de travail consacré au HTML au sein du consortium Web.
Autrement dit, la controversée EME, pour Encrypted Media Extension, dont nous vous parlions en mars dernier, pourrait effectivement se trouver standardisée, pour la plus grande satisfaction de Microsoft, Google et d’autres acteurs du Net.

Web ouvert contre DRM

L’Electronic Frontier Foundation, qui s’était inquiétée dès les premiers temps de cette évolution, se dit « profondément déçue » car le W3C cède ainsi le contrôle du navigateur à une tierce partie, le distributeur de contenu. Le W3C qui est perçu comme « un gardien du Web ouvert » semble ainsi abandonner le contrôle de nos machines et de notre expérience Web à des sociétés aux intérêts commerciaux avérés.
L’EFF s’inquiète également des dégâts que cela pourrait causer au W3C lui-même. Car, les « DRM sont difficiles à concevoir, font peu pour éviter le piratage, et, par nature, ne facilitent pas le vie de l’utilisateur ».
Au sein du W3C, certains ont déclaré que la standardisation des DRM ne pourrait être pire que la multitude de formats actuels, comme Silverlight et Flash. Une position pragmatique que Tim Berners-Lee lui-même a d’ailleurs défendue à plusieurs reprises.

Le poids des lobbies

Mais, comme le souligne l’EFF, ouvrir la porte à l’EME, c’est donner satisfaction à la seule industrie américaine du cinéma et à ses défenseurs en ligne, comme Netflix. D’autres intérêts et défenseurs de propriétés intellectuelles se manifesteront ensuite, ce qui pourrait, dans un scénario catastrophe pas si improbable, aboutir à verrouiller peu à peu les contenus présents sur le Web : la vidéo, l’audio, la photo et puis le texte.

Vers encore plus de fermeture ?

D’ailleurs, le danger d’érosion, de démantèlement de l’esprit d’ouverture qui anime le Web, n’est pas juste une fiction. Un groupe de travail s’est créé au sein du W3C, avec pour objectif de protéger le code source des applications Web qui vont se multiplier avec la montée en puissance du HTML 5. Or, cette ouverture du code n’est pas du goût de tous. Pour protéger « les intérêts des développeurs Web », ce groupe veut trouver des mécanismes de protection du code, car « la publicité des codes source devient un problème. Parce que les développeurs Web ne souhaitent pas que les applications Web soient facilement copiables par les autres » lit-on sur la page d’accueil de ce groupe de travail. Au temps pour l’ouverture du Web.

Reste comme espoir que la communauté du Web refuse cette solution et trouve un moyen de l’éviter. Le W3C aurait alors la possibilité de faire machine arrière. On a pourtant peine à croire que Tim Berners-Lee, défenseur du Web et des intérêts et libertés des Internautes, fasse ce choix, celui d’un verrou posé sur une porte jusque-là grande ouverte…

A lire aussi :
Le CERN lance un émulateur pour découvrir le Web d’il y a vingt ans
– 02/10/2013
DRM et Blu-ray : la Hadopi consulte à la demande de l’éditeur de VLC
– 08/02/2013
WWW 2012 : Tim Berners-Lee défend le Web à cœur ouvert
– 23/04/2013

Sources :
Electronic Frontier Foundation

Page d’accueil du groupe de protection du code des appli Web
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Au sein du W3C, Google et Microsoft travaillent à faire des DRM un standard du Web
Une fonction HTML5 mal implémentée sature nos disques durs en quelques secondes
Bruxelles inquiet de l’enlisement des discussions sur le Do Not Track
Les stratégies de présence sur le web des candidats aux municipales
Avec Memex, la Darpa veut un outil de recherche plus performant que Google
Ebooks, le gouvernement rend service à Amazon pour satisfaire l’Europe
Tim Berners-Lee réprouve les agissements « consternants et stupides » de la NSA
Le CERN lance un émulateur pour découvrir le Web d’il y a vingt ans
Les cas non résolus de la sécurité
Chiffrement sur le Web, FBI et NSA voulaient obtenir les clés SSL de géants du Net
Quels sont les systèmes d'exploitation mobiles préférés des développeurs ?
Les tweets des « personnalités » vont s’inviter dans le fil d’actu de Yahoo!
Paris et la Bretagne auront leur propre nom de domaine, .paris et .bzh
Le World Wide Web fête ses vingt ans
Google facilite la recherche… des Gif animés
Apple : un brevet pour revendre « d’occasion » son contenu acheté sur iTunes
DRM et Blu-Ray : la Hadopi consulte à la demande de l'éditeur de VLC
Tim Berners-Lee : une licence globale 2.0 pour les utilisateurs de Mega et Cie ?
La presse irlandaise essaie de justifier sa « destruction du Web »