En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

DRM et Blu-Ray : la Hadopi consulte à la demande de l'éditeur de VLC

Mis à jour le
DRM et Blu-Ray : la Hadopi consulte à la demande de l'éditeur de VLC
 

Saisie par l'éditeur de VLC sur la levée des verrous numériques DRM propres aux disques Blu-Ray, la Haute autorité lance une consultation publique.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Photo73
    Photo73     

    "taxes sur les produits technologiques au droit de la copie privée." En fait, le prétexte de compensation de préjudice a permis d'asseoir une assiette très large de collecte, et permet, sur une partie de l'argent collecté, de faire vivre le spectacle vivant (loin des préoccupations d'origine). On pourrait peut-être renommer ça "Taxe multimédia" ou autre car ça dépasse très largement les préjudices estimés (la crise fait moins acheter de superflus, les CD, MP3, vidéos par exemple mais les revenus doivent être maintenus !! Que diable). Que les supports soient ou non copiables, légitimement ou non, ça importe pas, c'est une assiette de collecte. Acheter cher un MP3 pour le sauvegarder sur un support taxé, ça grève le prix, je préfère la galette.

  • Kitzbuehl
    Kitzbuehl     

    La requete de Videolan est tout à fait légitime du point de vue utilisateur. D'ailleurs, je pense que cela devrait allé plus loin du fait des taxes sur les produits technologiques au droit de la copie privée. Laquelle copie devient impossible ( copie de sauvegarde pour les logiciels, copie radiophonique ou télévisuelle, et maintenant copie depuis internet ). Dans mon cas, sans le clamer haut et fort, je me permets de télécharger ma discotheque et ma videotheque chèrement acquise afin de pouvoir en profiter sur n'importe quel support dans des formats lisibles suivant les appareils sans etre soumis à la dime recurrente pour chaque changement d'appareils ou à chaque évolution. Il devient donc indispensable de permettre une plateforme légal de téléchargement des produits acquis sur support physique afin de pouvoir en disposer ultérieurement sans avoir à risquer de se mettre dans l'illégalité. Laquelle plateforme peut également servir de distribution des nouveautés en toute légalité.

Votre réponse
Postez un commentaire