En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

La saisie semi-automatique de Google, épinglée par la justice allemande

Selon la Cour de justice fédérale, les termes proposés par l’algorithme de Google peuvent porter préjudice aux particuliers et aux entreprises. Le géant du Net devra donc, le cas échéant, supprimer les suggestions qui fâchent.

laisser un avis
La fonction Google Suggest
Les juristes de Google ont perdu une importante bataille en Allemagne. Dans un jugement rendu aujourd’hui, 14 mai, la Cour de justice fédérale a estimé que la fonction du moteur de recherche Google qui permet une saisie semi-automatisée des recherches, peut porter préjudice aux particuliers et aux entreprises. Lorsqu’un internaute entre une requête, cette fonction suggère une série des mots-clés, aux connotations parfois négatives. Ce qui porte atteinte aux droits des personnes ou entités visées.
La haute juridiction allemande avait été saisie de la plainte d'une société de vente de compléments alimentaires et de produits cosmétiques basée en Allemagne et de son PDG fondateur. Ils déploraient qu'en saisissant le nom de ce dernier dans le moteur de recherche Google Allemagne (google.de), celui-ci avait suggéré aux internautes d'y associer les mots-clés « scientologie » et « escroquerie ».  

Des suggestions basées sur les internautes

Jusqu’à présent, la ligne de défense des juristes de Google a été de dire que cette association n’était pas une affirmation en soi, mais qu’elle résultait simplement du comportement des internautes. Si le nom du PDG est associé au mot « scientologie », c’est parce que beaucoup d’internautes effectuent ce type de recherche. Mais cela ne veut pas dire que cette personne fait partie de cette secte, ou supposé de l’être. Bref, il s’agirait juste du résultat objectif d’un algorithme.
Mais, la Cour fédérale n’a pas été de cet avis. Elle estime que cette association de mots-clés ne donnait pas seulement une indication sur les recherches des internautes, mais induisait aussi une idée négative sur le fond qui peut porter préjudice (M. Untel fait partie de la scientologie, M.Untel est un escroc). Ce type d’association est donc à proscrire.
Google devra-t-il donc changer, voire supprimer cette fonction de saisie semi-automatique ? Non, car la Cour de justice fédérale ne reproche pas à Google d’avoir élaboré ce type d’algorithme. Elle lui reproche de ne rien faire quand il y a un problème. Selon la haute juridiction, Google n’aura pas besoin de vérifier à priori si toutes les associations de mots-clés sont conformes aux droits des personnes. Mais il sera tenu pour responsable si des individus ou des entreprises lui demandent de supprimer une association au motif que cela leur porte préjudice.

Modification à postériori

Le géant du Net devra donc mettre en place toute une procédure permettant de recevoir et analyser ce type de demandes et, le cas échéant, supprimer l’association qui fâche, un peu comme dans une modération à postériori dans un forum. Une telle procédure ne sera pas simple à mettre en place, surtout si les demandes sont nombreuses. Il faudra prévoir une équipe de juristes pour analyser les demandes et un moyen technique pour modifier, au coup par coup, la fonction de saisie automatique. Un porte-parole de Google Allemagne s’est d’ailleurs dit « déçu » de cette décision de justice.
En France, cette fonction a également créé de nombreux contentieux. En 2009, Direct Energie a gagné contre Google qui a dû supprimer l’association « direct energie arnaque ». En 2011, la cour d’appel de Paris avait confirmé la condamnation de Google pour « injures publiques » à l’encontre d’une société lyonnaise. Plus récemment, l’UEJF avait assigné en justice Google pour des associations liées au mot « juif ».
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Google Pigeon, ou comment le SEO local prend son envol !
Doctolib, le « Google de la santé », lève 4 millions d’euros
N’enterrons pas trop vite les Google Glass
Avec Contributor, Google veut financer les éditeurs web par le don
Les 5 nouveautés d’Android 5.0 Lollipop (vidéo du jour)
JTech 206 : Firefox, smartphones bon marché, Nexus 9, jouets high-tech (vidéo)
Google fournit gratuitement sa boîte à outils aux associations
Tablette Nexus 9 : le test en images (vidéo du jour)
Google relance son opération séduction auprès des PME françaises
Nexus 9 : nos premières impressions sur la tablette Lollipop de Google
Inbox : la nouvelle boîte mail de Google (vidéo du jour)
JTech 202 : nouveaux iPad, Nexus 6 et 9, Samsung Galaxy Alpha, Valéo au mondial de l’auto (vidéo)
Retour sur les annonces Google : Android 5 et les Nexus 6 et 9 (vidéo)
01LIVE HEBDO #31 : annonces Google, ratés d'Apple, tablette Lenovo (vidéo replay)
Le Nexus 6 de Google en images
Nexus 9 : Google officialise sa tablette sous Lollipop
IFA 2014 : que peut-on faire avec la télévision sous Android ? (vidéo du jour)
Amazon concurrencerait Google dans la publicité en ligne
Un tribunal japonais condamne Google pour une saisie semi-automatique diffamante
Uber se tourne vers l’Europe pour invalider l'interdiction d'UberPop