Alors que la justice américaine a ouvert une enquête sur ce que le New York Times qualifie de « scandale le plus sinistre de l’histoire de la Silicon Valley », une des six accusés a accepté de témoigner dans les colonnes du journal. Récit d'un « conte sauvage ».