En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Le « Do Not Track » a du plomb dans l’aile

Les discussions sur le standard de ciblage publicitaire « Do Not Track » sont quasiment au point mort. Le groupe chargé des travaux de normalisation au W3C est trop divisé.

laisser un avis
Le groupe de travail
Le groupe de travail "Do Not Track" est divisé.
Le standard « Do Not Track » sera-t-il finalisé un jour ? C’est loin d’être certain, à en juger par les récentes évolutions au sein du groupe de travail « Tracking protection » de l’organisme W3C, responsable des standards de l’Internet. Pour rappel, le « Do Not Track » (DNT) est un mécanisme censé permettre aux internautes de choisir s’ils veulent ou non être l’objet d’analyses de trafic et de publicités ciblées.
Interrogés sur les futures étapes du processus de normalisation, les 43 membres du groupe de travail en question sont apparus profondément divisés. Seuls 22 ont dit qu’ils souhaitaient aller de l’avant, 20 ont dit que les travaux du groupe n’étaient pas dans leur intérêt. Parmi eux, 17 ont même indiqué vouloir arrêter leur participation. Enfin, la majorité des membres ont rejeté par un vote le plan de route élaboré par la direction du groupe de travail. Bref, c’est l’impasse. Selon Mediapost.com, le W3C aurait chargé Tim Berners-Lee, l’un des créateurs du web, de trouver une porte de sortie.
Les travaux de normalisation autour du DNT ont démarré il y a un deux ans maintenant. Le groupe rassemble des professionnels du secteur - éditeurs, publicitaires, ingénieurs, ...  - ainsi que des défenseurs de la protection des données personnelles. La principale pierre d’achoppement se situe au niveau de la définition même du DNT et de ce qu’il est censé provoquer. Pour les publicitaires, activer le DNT ne devrait empêcher que le ciblage publicitaire, mais pas la récolte des données personnelles. Les adeptes de la protection des données personnelles, en revanche, veulent supprimer les deux. Et visiblement il est difficile de combler ce fossé d’incompréhension. En septembre dernier, l’association des agences de publicité digitale (Digital Advertising Alliance) a claqué la porte du groupe de travail.
Lire aussi:
Bruxelles inquiet de l’enlisement des discussions sur le Do Not Track, le 11/10/2012
Source :
Article de Mediapost.com
Notification de démission de la DAA
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Uber réagit vivement à l’adoption de la loi taxis/VTC
Droit à l’oubli : Google a déjà reçu plus de 135 000 demandes de déréférencement
Forum d’Avignon : lancement d'une déclaration des Droits de l'Homme numérique
Droit à l'oubli : entre la CNIL et Google, c'est la guerre !
Les députés approuvent le blocage des sites faisant l'apologie du terrorisme
La Hadopi rappelle les FAI à l’ordre sur des atteintes à l’interopérabilité
Concurrence : Google doit dévoiler son algorithme de recherche, estime Berlin
UberPop n’est plus banni en Allemagne et revient aux affaires
Données personnelles : la Cnil épingle l'opacité des applis mobiles
Vie privée : les autorités américaines veulent en savoir plus sur l’Apple Watch
Espionnage : Américains et Britanniques connectés sur les réseaux Deutsche Telekom
Loi antiterroriste : le PRISM à la française en débat à l’Assemblée Nationale
Google et Microsoft sont les rois du lobby aux Etats-Unis
L'Hadopi lance une grande offensive contre le streaming illégal
Le Conseil d’État veut relier le numérique et les droits fondamentaux
Rémi Mathis (Wikimedia France): «Le droit à l’oubli viole la liberté d’information»
Numérique : les étonnantes nominations de la Commission européenne
Sites web et hacktivistes protestent contre l'internet à deux vitesses
Google parcourt les capitales européennes pour discuter du droit à l’oubli
Entrave à la concurrence de Google : Bruxelles relance le dossier