En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Le fisc peut saisir tout document informatique où qu'il soit stocké

Le Cour de cassation autorise le fisc à saisir tout document stocké, dès lors que ces agents y ont eu accès par le réseau, depuis le lieu de leur perquisition.

laisser un avis
agrandir la photo
Lors d'une perquisition fiscale chez un contribuable, pour rechercher la preuve d'une fraude soupçonnée, les agents du fisc peuvent saisir, selon la Cour de cassation, des fichiers informatiques stockés dans d'autres locaux.
Un contribuable contestait que le fisc puisse, grâce à l'informatique, saisir des documents hébergés ailleurs, ce qui reviendrait à perquisitionner dans d'autres locaux que ceux désignés et autorisés par le juge.
La Cour de cassation a écarté cet argument. La subtilité juridique provient du fait qu'il suffise que, grâce aux réseaux informatiques, ces documents puissent être consultés du lieu de la perquisition pour qu'ils puissent être saisis, quel que soit l'endroit où se trouvent stockés ces documents.
Cette décision n'est pas sans conséquence à l'heure où les espaces de stockage hébergés dans les serveurs distants se banalisent. Les contribuables croyant qu'en hébergeant des documents compromettants dans le "cloud", ceux-ci échapperaient à une perquisition, en seront pour leur frais.
La loi impose aux contrôleurs des impôts, lorsqu'ils soupçonnent une fraude, d'obtenir une autorisation du juge des libertés avant d'entreprendre une perquisition. Or, l'autorisation du juge n'est donnée que pour une perquisition dans des locaux précisément déterminés.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L’informatique de demain sera hybride ou ne sera pas !
L'Irlande a plus que des cadeaux fiscaux à offrir aux sociétés web
Numergy et Cloudwatt lancent leur cloud pour les professionnels de la santé
Oracle OpenWorld : cloud et engineered systems, les mots-clés de l’édition 2014
Du SaaS au IaaS : les acteurs du Cloud (re)positionnent leurs services
Econocom rachète l’hébergeur français ASP Serveur
Pannes en série pour Microsoft Azure
Bull attend son rachat par Atos avec sérénité
Les bénéfices de Microsoft plombés par l'acquisition de Nokia
Résultats : IBM négocie bien le virage du cloud
Résultats : SAP accélère sa transition vers le cloud
Une crise qui en cache une autre
Atos remporte le contrat d’infogérance globale de RTE
Réussir la mise en application du plan cloud
L’entreprise, invitée surprise de la conférence Google I/O
Les dix propositions du plan cloud de Thierry Breton et Octave Klaba
Etes-vous prêt pour le S.M.A.C. ?
Microsoft rachète GreenButton, un spécialiste de l’infrastructure cloud
Cisco investira un milliard de dollars dans le cloud d’ici deux ans
Steria rachète Beamap, une société de conseil en cloud