En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Yatedo dans le collimateur de la Cnil

À la suite de plaintes d'internautes, la Cnil vient d'adresser un avertissement au site Yatedo, un agrégateur de données personnelles publiques.

laisser un avis
La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) vient d'adresser un avertissement public au moteur de recherche de personnes Yatedo.fr. Ce site français est en fait un agrégateur de données personnelles publiques collectées sur le Web. Il rassemble sous la forme d'une fiche nominative toutes les informations rendues publiques sur le Web : sur les réseaux sociaux tels que LinkedIn ou Facebook, ou même sur les pages Web sur lesquelles peuvent figurer vos noms et prénoms.
Depuis un an environ, la Cnil a enregistré plus d'une trentaine de plaintes d'internautes indiquant ne pouvoir supprimer leurs données personnelles sur les sites yatedo.com et yatedo.fr, et ce, malgré des demandes réitérées auprès de la société. Plus gênant, le communiqué de la Cnil fait état de profils reprenant « soit des informations périmées, soit des données provenant de profils fermés ou supprimés de réseaux sociaux ».
Pire encore, les données obsolètes hébergées par Yatedo ont, à leur tour, été référencées par les moteurs de recherche classiques que sont Google, Yahoo! ou Bing. Enfin, dernier point « kafkaïen », le processus de suppression de profil nécessitait au préalable de s'enregistrer sur le site en fournissant des informations complémentaires telles qu'une adresse mail...

Des demandes d'éclaircissement restées sans réponse

Plusieurs courriers ont été adressés par la Commission aux dirigeants de Yatedo, qui ne lui ont répondu « qu'une seule fois et de manière totalement insatisfaisante ». En outre, les représentants de la société ont été conviés par lettre recommandée à s'expliquer de vive voix sur leurs pratiques. Leur convocation est restée sans réponse.

La Cnil a décidé de diligenter une mission de vérification dès le 22 novembre 2011. Plusieurs constats d'huissier ont été établis faisant état de la diffusion sur Yatedo de données de personnes ayant expressément demandé leur suppression. Par conséquent, « la formation contentieuse de la Cnil a décidé de prononcer un avertissement public à l’encontre de la société éditrice du site Internet ». [...] La formation considère que celle-ci, aussi jeune et inexpérimentée soit-elle, devait dès ses débuts prendre toute mesure afin de procéder à des mises à jour régulières des données traitées et faire respecter le droit d’opposition des personnes de manière effective. [Elle] sanctionne également le défaut de coopération de l’organisme qui, sans mauvaise foi, s’est montré particulièrement négligent en ne répondant pas aux multiples courriers de la Commission et en n’assistant pas à son audition ».


Page d'accueil du service Yatedo.

La vigilance est de mise

Pour se disculper, Yatedo a admis avoir manqué « à son obligation de respecter le droit d'opposition de manière systématique et diligente [par manque de] ressources humaines nécessaires pour gérer les demandes d'opposition ». La société s'est par ailleurs engagée à supprimer le profil de l'ensemble des personnes ayant déposé plainte auprès de la Cnil et à simplifier pour l'internaute la procédure d'opposition.
Il est clair que Yatedo  – que nous avons tenté de contacter, sans succès – devrait rapidement mettre les bouchées doubles pour rentrer dans le droit chemin vis-à-vis de la Cnil. Ce site n'est malheureusement pas le seul à collecter, agréger et conserver « quelque part sur des serveurs » les données personnelles que vous avez pu laisser échapper – volontairement ou non – de vos comptes souscrits sur les différents réseaux ou de documents rendus publics mentionnant votre identité.
Ces « négligences », ainsi que les récents incidents qui ont affecté certains réseaux, sont l'occasion pour nous de vous rappeler de demeurer extrêmement vigilant en ce qui concerne les informations personnelles (photos, adresses mails...) que vous êtes susceptible de divulguer sur le Web, de quelque manière que ce soit.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
La Cnil encadre le traçage des clients en magasin
Les fournisseurs de services cloud pas prêts pour le futur règlement européen
01 Replay : Oracle, fuite de données, qualité des réseaux 3G, revivez l'actualité de la semaine
Pour un New Deal des données de santé
Nouveau rebondissement dans le feuilleton des données de connexion
Les fournisseurs de cloud doivent livrer aux autorités US les données hébergées à l’étranger
La Cnil pourra effectuer des contrôles en ligne
« IBM n’a pas fourni de données de ses clients à la NSA »
Un lien hypertexte n’est pas une atteinte au droit d’auteur
Carte bancaire et paiement en ligne : les nouvelles recommandations de la Cnil
La Cnil met en demeure un centre Leclerc pour son contrôle d'accès biométrique
Isabelle Falque-Pierrotin réélue à la tête de la Cnil
La Cnil n'a pas trouvé d’IP Tracking chez les e-commerçants
Droit d’accès aux données personnelles : 41 % des organismes jouent le jeu
Les e-commerçants français protègent mal nos données personnelles
Le début de la fin de l’extraterritorialité de Google
La Cnil sanctionne Google de l'amende maximale de 150 000 euros
Pour avoir refusé de coopérer, quatre entreprises épinglées par la Cnil
Les établissements de santé français sous-estiment le risque de fuite de données
Loi de programmation militaire: la Cnil déplore l'accès possible aux contenus