En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Tunisie : le câble WikiLeaks qui charge Microsoft

Les télégrammes diplomatiques publiés par WikiLeaks montrent que Microsoft a aidé le gouvernement tunisien de Ben Ali en matière de cybersécurité.

laisser un avis
Les télégrammes diplomatiques publiés en masse par WikiLeaks n’ont pas fini de dévoiler d’embarrassants secrets. Cette fois, c’est Microsoft qui en fait les frais. Comme le révélait hier, lundi 5 septembre, le site Reflets.info, un câble envoyé de l’ambassade américaine en Tunisie le 22 septembre 2006 donne certains détails de l’accord passé entre Microsoft et le gouvernement de l’ex-dictateur Ben Ali.
Le texte est assez clair lorsqu’il aborde « la sécurité sur Internet ». Le câble indique en effet que, « par le biais d’un programme sur la cybercriminalité, Microsoft entraînera des officiels du gouvernement ainsi que des ministères de la Justice et de l’Intérieur sur la façon d’utiliser des ordinateurs et Internet pour combattre le crime ». Une phrase qui fait tâche, quand on connaît la censure et le contrôle qu’exerçait le pouvoir sur la Toile à l’époque.
Ce programme de « formation » comprenait aussi le partage du code source des programmes Microsoft avec « un petit nombre de fonctionnaires tunisiens » ainsi qu’un travail en commun sur la défense de la propriété intellectuelle. Un télégramme qui met également l’accent sur les « particularismes » tunisiens de l’époque. Dans le commentaire, le diplomate indique que « l’affiliation de ce programme avec les œuvres de charité de Leïla Ben Ali montre bien les manœuvres parfois nécessaires pour finaliser un accord » et précise que cette entente « pose des questions quant à la possibilité qu’il offre au gouvernement tunisien d'étendre sa capacité à surveiller ses propres citoyens. »
Reflets.info propose d’autres articles sur la question.
Les télégrammes diplomatiques publiés en masse par WikiLeaks n’ont pas fini de révéler d’encombrants secrets. Et cette fois, c’est Microsoft qui en fait les frais. Comme le révélait hier, lundi 5 septembre, le site Reflets.info, un câble envoyé de l’ambassade américaine en Tunisie le 22 septembre 2006 révèle certains détails de l’accord passé entre Microsoft et le gouvernement de l’ex-dictateur Ben Ali.
Le texte s’avère assez évocateur lorsqu’il aborde « la sécurité sur Internet ». Le câble indique en effet que « par le biais d’un programme sur la cybercriminalité, Microsoft entraînera des officiels du gouvernement ainsi que des ministères de la Justice et de l’Intérieur sur la façon d’utiliser des ordinateurs et Internet pour combattre le crime ». Une phrase qui fait tâche, quand on sait la censure et le contrôle qu’exerçait le pouvoir sur la Toile à l’époque.
Ce programme de « formation » comprenait aussi le partage du code source des programmes Microsoft avec « un petit nombre de fonctionnaires tunisiens » ainsi qu’un travail en commun sur la défense de la propriété intellectuelle. Un télégramme qui met également l’accent sur les « particularismes » tunisiens de l’époque. Dans le commentaire, le diplomate indique que « l’affiliation de ce programme avec les œuvres de charité de Leila Ben Ali montre bien les manœuvres parfois nécessaires pour finaliser un accord » et que ce deal « pose des questions quant à la possibilité qu’il offre au gouvernement tunisien pour étendre sa capacité à surveiller ses propres citoyens. »
Reflets.info propose d’autres articles sur la question.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


Newsletter 01net. Actus

@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
E3 2015 : Jeux console ou PC, les meilleurs « trailers » et vidéos de gameplay
E3 2015 : 8 questions pour comprendre la rétrocompatibilité entre Xbox 360 et Xbox One
Elite Controller : on a pris en main la nouvelle manette « pro gamer » de Microsoft
E3 2015 : entre Sony et Microsoft, qui en offrira le plus aux gamers ?
Microsoft dévoile la Xbox One 1 To et une nouvelle manette
Windows Media Center : 3 alternatives gratuites
JTech 232 : Windows 10, Intel, Medpi 2015, Google (vidéo)
Test : la tablette Surface 3 peut-elle remplacer un PC portable ? (vidéo)
Test de deux nouveaux Lumia : le 640 et le 640 XL (vidéo)
Microsoft : Windows 10 sera sur la plupart des PC de la rentrée (vidéo)
3 raisons d'acheter Surface 3... ou pas (vidéo)
Microsoft Build 2015 : le debrief des annonces (vidéo)
JTech 227 : Google Fi, Surface 3, Xperia Z4, smartphones autonomes, Star Wars Celebration, PC Thomson (vidéo)
Microsoft : "la Surface 3 est d'abord une tablette" (vidéo)
Coup d'oeil sur la tablette Surface 3 de Microsoft en avant-première (vidéo)
JTech 225 : Apple Watch, Surface 3, lumia 640 et 640 XL, Garmin Fénix 3, Zenfone 2 (vidéo)
Présentation des nouveaux Lumia 640 et 640 XL (vidéo)
La Tunisie compte toujours devenir le champion de l’offshore francophone
WikiLeaks : Bradley Manning condamné à 35 ans de prison (MAJ)
Julian Assange pourrait devenir membre du parlement australien