En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Business

Filtrage, mouchards : le projet de loi Loppsi 2 adopté par le Sénat (MAJ)

Les sénateurs ont voté le texte sur la sécurité intérieure qui permet le blocage de l'accès à des sites pédopornographiques sans recours à un juge et crée le délit d'usurpation d'identité.

laisser un avis

Mise à jour le 9 février 2011

agrandir la photo

L'Assemblée nationale et le Sénat ont définitivement voté, hier, le très controversé nouveau « projet de loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure », surnommé Loppsi 2. Le texte élaboré de la commission mixte paritaire a été adopté par les deux chambres du Parlement dans la journée et la soirée du 8 février 2010.

Première publication le 20 janvier 2011
Filtrage, mouchards : le projet de loi Loppsi 2 adopté au Sénat
Les sénateurs ont voté le texte sur la sécurité intérieure qui permet le blocage de l'accès à des sites pédopornographiques sans recours à un juge et crée le délit d'usurpation d'identité.
La mobilisation le week-end dernier contre le projet de loi « d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure », dit Loppsi 2, n'a rien changé. Après les députés en décembre, les sénateurs ont à leur tour adopté ce 20 janvier 2010, en deuxième lecture, le texte très controversé, qualifié par ses opposants de « fourre-tout législatif ».
Et pour cause, puisqu'il brasse des thèmes très différents, de l'aggravation des peines pour meurtres de policiers au renforcement de la vidéosurveillance, en passant par le hooliganisme, le permis à points, la création d'une infraction pénale contre les squats et les logements précaires...

Le très polémique article 4

Le Sénat a notamment voté l'article 4, des plus décriés. Modifiant la loi pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN), il permet à une autorité administrative, l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OLCTIC), de demander aux fournisseurs d'accès à Internet le blocage de l'accès à un site sans en passer par un juge « lorsque les nécessités de la lutte contre la diffusion des images ou des représentations [pornographiques, NDLR] de mineurs relevant de l’article 227-23 du code pénal le justifient ».
Alors que l'Assemblée nationale avait, contre l'avis du rapporteur Eric Ciotti, demandé que le blocage soit préalablement accordé par un juge, la commission des lois du Sénat avait supprimé cette disposition, en précisant que le champ d'intervention de l'autorité administrative se limitait « aux sites présentant un caractère “manifestement” pornographique ». Les sénateurs avaient aussi adopté, contre l'avis du gouvernement, un amendement donnant à l'administration la faculté de saisir la justice « lorsque le caractère pornographique n'est pas manifeste ».
En deuxième lecture, la commission des lois de l'Assemblée a supprimé cette dernière disposition et a préféré renvoyer au code pénal plutôt qu'au « caractère manifestement pornographique ». Le Sénat a voté, au final, l'article 4 sans modification.

Nouveau délit d'usurpation d'identité

Les sénateurs ont approuvé, par ailleurs, la création d'un délit d'usurpation d'identité (1), qui est « le fait d'usurper l'identité d'un tiers ou de faire usage d'une ou plusieurs données de toute nature permettant de l'identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d'autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération ».
Au départ rédigé pour des actes commis sur Internet, l'article 2 a été étendu par les députés à tous les aspects de la vie courante. Le Sénat a néanmoins retiré le cas de l'usurpation « commise en vue de porter atteinte aux intérêts d'une personne », qui visait les pratiques de phishing, ou hameçonnage. Les sénateurs ont en effet estimé que ces dernières sont déjà couvertes par le délit d'escroquerie, dans le code pénal. Et ils ont ramené la peine pour usurpation d'identité à un an d'emprisonnement et à 15 000 euros d'amende (et non 20 000, comme voté par les députés).

Mouchards informatiques

Le Sénat a aussi adopté dans les mêmes termes que les députés l'article 23 qui permet aux forces de l'ordre de mettre en place, sous l'autorité d'un juge, dans certaines affaires criminelles « un dispositif technique ayant pour objet, sans le consentement des intéressés, d'accéder en tous lieux à des données informatiques, de les enregistrer, les conserver et les transmettre, telles qu'elles s'affichent sur un écran pour l'utilisateur d'un système de traitement automatisé de données ou telles qu'il les y introduit par saisie de caractères ».
Ces mouchards pourront être installés à distance par voie électronique ou en s'introduisant dans le domicile pour accéder à l'ordinateur de la personne suspectée. Et ce, même en dehors des heures légales, mais sous autorisation d'un juge des libertés.
La Loppsi 2 ayant été adoptée en deuxième lecture par les deux chambres du Parlement, elle doit désormais passer en principe devant la commission mixte paritaire (pour effectuer un compromis entre les deux textes votés) avant le vote solennel et la promulgation.
Consulter le projet de loi initial, enregistré à l'Assemblée nationale le 27 mai 2009.
(1) A noter qu'il existe quand même déjà un article du code pénal, le 434-23, qui punit le « fait de prendre le nom d'un tiers, dans des circonstances qui ont déterminé ou auraient pu déterminer contre celui-ci des poursuites pénales » à cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Justice : les mouchards informatiques entrent en scène
Loppsi 2 : la France entre dans l'ère du filtrage administratif du Web
Le pire et le meilleur (Édito 236)
L'opposition saisit le Conseil constitutionnel sur la Loppsi 2
Filtrage, mouchards : le projet de loi Loppsi 2 adopté par le Parlement
Des manifestations dans plusieurs villes contre la Loppsi 2
Une pétition pour exiger le retrait du projet de loi Loppsi 2 [MAJ]
Des organisations partent en guerre contre la Loppsi 2 (MAJ)
Loppsi : le filtrage des sites incombera à l'administration
Un rapport du sénat met en garde les communes contre le vote électronique
Open data: un rapport sénatorial propose 20 solutions pour protéger la vie privée
VTC : la guerre des taxis contre Uber s’amplifie en Europe
NETmundial : Wikileaks dévoile l’avant-projet des principes de gouvernance
La circulaire d'application de la loi sur la géolocalisation est sortie
Le patron de Mt.Gox ne se rendra pas aux Etats-Unis pour répondre à la justice
Les médias sociaux sont dans le collimateur des autorités turques [MAJ]
Le CSA souhaite que le Web finance la fiction et les films français
Neuf hommes inculpés aux USA pour avoir volé en ligne des millions de dollars
Justice : le site antisémite créé par Joe Lecorbeau pourra continuer son activité