Les internautes prêts à payer pour le peer to peer