La roulette russe du P2P

Un internaute qui avait téléchargé des centaines de films sur Internet a été relaxé. Les juges ont estimé qu'il exerçait son droit à la copie privée. Une décision qui entretient le doute quant à la légalité des échanges en peer-to-peer.

Votre opinion

Postez un commentaire