Choisir la bonne méthode : les critères qui comptent