A vendre : des socialistes ou des cheveux de Sarkozy