Les e-mails érotiques au bureau ne sont pas un motif de licenciement

Les e-mails érotiques au bureau ne sont pas un motif de licenciement
 

La justice a donné tort à une entreprise qui avait licencié l'un de ses cadres parce qu'il utilisait sa messagerie pour entretenir une correspondance érotique. Si l'employeur peut consulter ces messages, il ne peut s'en servir contre le salarié.