Le catastrophisme viral, ça se soigne