Mis à jour le
Droit à l'oubli, un combat perdu d'avance ?
 

Pouvoir disparaître totalement ou partiellement du Net, effacer des données gênantes ou compromettantes. Pouvoir s'offrir une deuxième vie en ligne. Est-ce possible ? Peut-être, mais ce n'est pas facile.

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • DBL8
    DBL8     

    des internautes continuent de donner des informations qu'ils refuseraient de donner à tout le monde dans la rue, pourtant, c'est ce qu'ils font sur le net !
    Serait-ce le besoin de s'épancher de ses misères ?
    Y aurait-il autant que ça de personnes qui se sentent mal dans leur peau au point de parler d'eux comme autrefois avec des psys ? (et encore maintenant)
    Allô maman bobo...

  • 10020o
    10020o     

    Depuis son invention, le plus grand atout de l´internet est l´expression publique de la vie privée et l´affichage mondial du comportement individuel : l´internet devint la publication (universelle) des identités individuelles, par soi-meme, a l´ensemble du monde et du temps d´évolution, soit implicitement ou soit explicitement. Au contraire, le débat actuel sur l´oublie... et bien son issue entraîne surement les internautes a la réserve, a l´hypocrisie et donc a la falcification des identités, a la dénaturation ou mascarage des comportements, et donc ainsi a la mort de toute vérité et identité réelles en ligne. Surement, il s´agit de la mort latente de l´expression en ligne qu´est a entendre comme celle de la ligne elle-meme. La méfiance a toute vie en ligne signifie justement sa mort. A quoi serviraient les multitudes de banques de données en ligne si tout le monde s´en méfie? Aussi, quelle en serait la portée si tout le monde s´assure, au départ de leurs usages ultimes?

  • LiGnux
    LiGnux     

    L'industrie jusqu'à présent nous l'acceptions sur le web.
    Hors au vu des comportements de ceux-ci, il nous est tout aussi facile de les ejecter, car le web n'est pas le far-west des capitalibero-lobbistes.

  • nipnip
    nipnip     

    En effet, le combat semble perdu d'avance, contre des institutions bien identifiées et pas du tout virtuelles : quand des journaux refusent de supprimer leurs archives en ligne et vous condamnent à la perpétuité...

Votre réponse
Postez un commentaire