En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Portrait de l’été (6/7) : François Beaufort fouinait chez Google qui l’a embauché

Babble, Chromebook Pixel... à force de dévoiler les futures innovations de Google, ce développeur français a fini par intégrer l’entreprise. La taupe, elle, est à chercher du côté des codes source...

laisser un avis
Si vous rêvez d’entrer chez Google, ayez du culot ! C’est la morale de l’histoire de François Beaufort. À force de balancer infos et rumeurs sur les innovations à venir du géant américain, ce développeur de 30 ans en est devenu le poil à gratter. Voire le caillou dans la chaussure.
Publiées sur son compte Google+, ses indiscrétions étaient quotidiennement guettées par les geeks. à son tableau de chasse, un scoop, comme l’annonce avant l’heure du portable Chromebook Pixel, mais aussi d’autres infos en avant-première, comme l’annonce de l’intégration de l’assistant personnel Google Now dans Chrome. Ou encore le développement de Babble, une appli de bavardage en ligne mêlant texte, audio et vidéo.

Des indiscrétions publiées sur Google+

Ces indiscrétions auraient pu rendre furieux Google. Au lieu de quoi, depuis deux mois, François Beaufort travaille dans les locaux parisiens du groupe. De quoi le rendre moins loquace ? « Désormais, Je suis évangéliste Chromium. Mon rôle consiste à repérer les développements intéressants sur ce projet et à les partager. » Toujours sur son compte Google+, mais un peu plus sous contrôle...
Ce n’était pas sorcier. Chromium est la version libre de Chrome – le navigateur de Google –, celle qui est mise à disposition des développeurs du monde entier afin qu’ils l’améliorent ou lui ajoutent des fonctionnalités. Seul préalable de la licence open source : tous les travaux de développement sont publics. Et c’est en mettant son nez dans Chromium que Beaufort réalise rapidement que celui-ci recèle tous les changements à venir dans Chrome.
La source de ses scoops n’est donc pas une taupe bien implantée dans l’entreprise mais... le logiciel lui-même ! Le développeur se prend au jeu. « Je me suis abonné aux flux RSS des revues de code de Chromium », des informations que les développeurs diffusent sur Internet pour indiquer les modifications qu’ils apportent au logiciel et les bugs à corriger. Cela lui permet de comprendre sur quoi travaillent ses collègues. « Je décortiquais cela afin de déceler les nouveautés », raconte-t-il.
Avec un peu d’analyse et une bonne dose d’intuition, il relaie ces informations sur son compte Google+. Remarquées par les blogueurs technophiles, ses indiscrétions font le tour de la Toile. « Ce n’était pas sorcier, tout le monde aurait pu le faire. Cela prend juste du temps et de l’énergie. » Et de la modestie, car il faut tout de même un minimum de compétences informatiques. Or François Beaufort n’est justement pas un néophyte.

Replonger dans le code Google

C’est en 2005, avec une licence en logiciels de l’IUT de Fontainebleau en poche, qu’il fait ses premières armes. À la SNCF, il participe à la conception de logiciels de sécurité ferroviaire. Trois ans plus tard, il se perfectionne en devenant « Lead Developer » d’une agence Web au Canada. Une sorte de chef d’orchestre des développeurs. C’est durant cet exil d’une année à Toronto qu’il saisit l’occasion de rencontrer, pour la première fois, les équipes de Google. « J’avais fini par m’intéresser à tout l’écosystème de Google. »
Une offre qui ne se refuse pas. Début 2013, après une longue parenthèse professionnelle pour faire le tour du monde, François Beaufort doit réaffûter ses compétences. Il se replonge donc dans le code de Google, ce qui lui permet de réaliser son plus beau fait d’armes. Il réussit à débusquer dans Chrome OS un fragment de document faisant référence au Chromebook Pixel, l’ordinateur portable que Google conçoit en secret. « Et puis j’ai indiqué sur mon profil Google+ que je cherchais un job. C’est alors que la firme de Mountain View “m’a demandé si cela me tenterait de faire la même chose, mais en étant rémunéré. » La réponse ne s’est pas fait attendre.
Article paru dans le le n°776 (13 au 26 juin 2013) du magazine 01Net.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Apple s'intéresse de près à la réalité virtuelle
Test du Lexus NX 300h : les technos à bord (vidéo 01Drive)
Attention, utiliser Siri au volant peut mener à l'accident !
La tablette LeapPad 3x testée... par des enfants (vidéo du jour)
La fondation Mozilla accepte les dons en bitcoins
Power! 43 : Power! 43 : baladeurs Sony et Cowon sur fond de Raid à Taïwan (vidéo)
Delsey imagine la valise du futur, connectée et multitâche
HugOne et les mini-hugs : dormez sur vos deux capteurs (vidéo)
Action cams et drones en vedette au Salon de la photo 2014 (vidéo)
Toyota et Volkswagen veulent vous faire aimer les voitures qui roulent à l'hydrogène
JTech 207 : salon de la photo, Lollipop, montres connectées, e-constat amiable (vidéo)
Bricoler son propre supercalculateur, avec des Raspberry Pi
Nokia N1 : la tablette sous Android plus fine que l'iPad mini 3 (vidéo)
Beats Music bientôt dans les iPhone ? (vidéo du jour)
Gorilla Glass 4 : des écrans deux fois plus résistants pour nos smartphones
Google veut accélérer Chrome sur Android
01LIVE HEBDO #36 : tablette Nokia, Beats Music, Google Glass, TV Oled (vidéo replay)
Les 5 nouveautés d’Android 5.0 Lollipop (vidéo du jour)
Phone Apps #72 : Xim, Disconnect, 3nder et Geometry Dash (vidéo)
Avec Verse, IBM veut (aussi) réinventer l’e-mail