En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Contre Israël, les Anonymous ne font pas dans l'attaque chirurgicale

Des milliers de sites hors ligne, des mails piratés, des noms de donateurs américains pro-israéliens rendus publics, le week-end a été chargé pour les Anonymous qui ont lancé leur #opsisrael en représailles des actions menées contre la bande de Gaza.

laisser un avis
Au moins 15 000 comptes mails « israéliens » hackés. Plus de 3 000 sites en .il attaqués et inaccessibles, les Anonymous ont tiré parti du week-end pour mettre à exécution leurs menaces. Les différents comptes twitter des Anonymous ont crépité au son des hashtags #Down, #OpsIsrael, #AntiIDF, #AnonymousAgainstIsrael, #GazaUnderAttack, etc.
Le site officiel de Tel Aviv est "down"

Frappes chirurgicales et dégâts collatéraux

Outre l’effacement présumé des bases de données liées à la Bank of Jerusalem et au ministère des Affaires étrangères israéliens, le fait d’arme le plus marquant semble devoir être la publication des informations personnelles (noms, numéro d’identité, mails personnels, etc.) de plus de 5 000 officiels israéliens.
Les Anonymous auraient également hacké une base de données d’un groupe lobbyiste pro-sioniste, l’Unity Coalition for Israel. Environ 3 000 noms de soutiens de la cause israélienne ont ainsi été récupérés et leur patronyme exposé en place publique.
3 000 donateurs jetés en pâture en place publique
Voué aux courroux de milliers d’internautes. Difficile de ne pas ressentir un certain malaise. D’autant que parmi les sites hackés, tous ne sont pas des sites gouvernementaux ou « stratégiques », comme le laisse entendre quelques tweets discrets en réponse à ceux des Anonymous. Des sites de petites entreprises ou de microentrepreneurs, qui ont le tort de bénéficier d’une extension en .il. Même chose avec les adresses mails piratées, impossible de n’y voir qu’une attaque ciblée. Les Anonymous font plutôt dans le dégât collatéral.
L’objectif est évident, faire du bruit, faire parler de la cause défendue, montrer la puissance de feu d’une organisation protéiforme et évidemment causer des dégâts électroniques, informatiques. Blesser au portefeuille un pays dont l’économie numérique est capitale.
5000 noms d'officiels israéliens dévoilés
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Israël sous le coup d’une cyberattaque des Anonymous
Des Anonymous, partis à l’assaut d’une banque, hackent le mauvais site…
Edouard Cukierman (Catalyst) : « Plus de 200 sociétés israéliennes ont été cotées au Nasdaq »
En Israël, François Hollande part à la rencontre de la « startup nation »
Un Anonymous condamné à dix ans de prison par un juge américain
Les Anonymous piratent Total : info ou intox ?
Les Anonymous s'attaquent à l'extrême-droite britannique
La base de Guantanamo coupe ses réseaux wifi, par crainte des Anonymous
La police italienne mène une opération contre les Anonymous
Google irrite Israël en reconnaissant la Palestine
Les Anonymous peinent à créer un blackout du Web contre CISPA
Les Anonymous vont lancer un site d’information participatif
Des Anonymous lancent une cyberattaque sur la Corée du Nord
L’intranet de la banque centrale américaine hacké, probablement par les Anonymous
Trois Anonymous britanniques condamnés à la prison
Les Anonymous s'attaquent à des violeurs
Anonymous : une pétition pour que les attaques en DDoS deviennent légales
Les Anonymous menacent Israël pour maintenir Internet en Palestine
Ancien de Free, Michaël Boukobza obtient une licence mobile en Israël