En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

SPDY : le protocole de Google qui accélère le Web

Créé par Google, le protocole SPDY pour accélérer le chargement des pages Web gagne en popularité. Pris en charge par Chrome, Firefox et Twitter, il est en compétition avec un protocole de Microsoft pour être inclus dans HTTP 2.0, le futur d'Internet.

laisser un avis
Datant de 1990, le protocole HTTP commence à se faire vieux. C’est ce que pense Google qui a voulu le booster en créant en 2009, SPDY, prononcé speedy (rapide), un nouveau protocole de communication capable d’accélérer jusqu’à 50 % le chargement des pages Web tout en assurant un cryptage TLS de la connexion.
Ce n’est pas un protocole de substitution à HTTP, mais plus une surcouche d’optimisation s’activant à l’ouverture d’une session. Ce protocole de niveau 7 (niveau application dans le modèle OSI, comme HTTP) est capable de travailler avec TCP, un protocole de niveau 4. SPDY propose de diminuer les latences de chargement des pages Web en multiplexant les requêtes sur la même connexion TCP avec gestion de priorité des requêtes et compression des en-têtes HTTP. 

Firefox 11 et Chrome compatibles

SPDY n’est pas encore un protocole standard, mais un groupe travaille à sa standardisation. Pour que le protocole fonctionne, il faut que le navigateur et le serveur Web soient compatibles.
Du côté des navigateurs, Google Chrome et Chromium sont compatibles, ainsi que Firefox 11 (même si le protocole n’est pas activé par défaut) et SeaMonkey 2.8. SPDY sera activé par défaut dans Firefox 13.
Du côté des sites Internet, le nombre de sites compatibles est encore limité. C’est le cas de certains services Google, Google Search, Gmail, et d’autres encore qui utilisent un cryptage SSL. Twitter a activé SPDY sur ses serveurs ce mois-ci. D’autres projets open source, comme le serveur Web Jetty 7.6.2, sont devenus compatibles SPDY.

Microsoft applaudit Google, mais propose mieux

Microsoft reconnaît la valeur du travail de Google, mais propose mieux : HTTP Speed + Mobility, une combinaison de SPDY et de Websocket, une technologie en cours de standardisation par le W3C qui permet une communication bidirectionnelle entre le serveur Web et le client, que ce soit un navigateur ou une application mobile, ce que ne ferait pas SPDY.
L’IETF (Internet Engineering Task Force) qui définit le standard du Net, se réunit cette semaine pour débattre de plusieurs standards pour le futur HTTP 2.0. Microsoft va donc proposer HTTP Speed + Mobility et Google SPDY pour définir ce que sera le futur d’Internet.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Mac OS contre Windows : le fight ! (vidéo)
Satya Nadella a touché 84,3 millions de dollars cette année
Retour sur les annonces Google : Android 5 et les Nexus 6 et 9 (vidéo)
Le Nexus 6 de Google en images
Nexus 9 : Google officialise sa tablette sous Lollipop
01LIVE HEBDO #29 : Orange, Windows 10 et une farandole de smartphones (vidéo replay)
Windows 10 : quoi de neuf ? (vidéo)
Windows 9 en approche (vidéo du jour)
Cegid diffuse Office 365 auprès de ses clients PME
Microsoft : pas de plan social en France
IFA 2014 : que peut-on faire avec la télévision sous Android ? (vidéo du jour)
Amazon concurrencerait Google dans la publicité en ligne
Google met la main sur JetPac, une application de « city guides »
01netTV raconte... la Freebox (vidéo)
Google s’introduit dans les salles de classe
Exclu : la tablette Microsoft Surface Pro 3 est arrivée au labo 01net (vidéo)
Test de l'Awox StriimCast SC-W : l'alternative peu convaincante au ChromeCast (vidéo)
Les bénéfices de Microsoft plombés par l'acquisition de Nokia
Licenciements de Microsoft, coup dur pour la Finlande
Microsoft supprime 18 000 emplois dans le monde