Des prothèses qui obéissent à la pensée