Un Français sur deux bouderait Internet