Spray n'a pas les moyens de se faire acheter par Lycos

L'ironie du sort veut que ce soit l'acheté qui manque de liquidités pour clore l'opération. Ou, pour être exact, c'est son principal actionnaire qui risque d'avoir du mal à remplir ses obligations financières.

Votre opinion

Postez un commentaire