Quand le divertissement donne la mesure