L'éditeur reproche au logiciel compagnon de Windows Messenger d'abriter un spyware, pourtant inoffensif et facile à désactiver.