Linux et le code source libre poussent les informaticiens à reprendre le contrôle