En raflant le fabricant de bracelets connectés, Alphabet pourrait se tailler une position dominante en matière de données de santé. Ce qui ne plaît pas à la Commission européenne.