L'avis du labo : une autonomie indigne d'un cinéphile