C’est la première fois que l’agence spatiale américaine prend publiquement position contre une entreprise privée désireuse de lancer plusieurs centaines de satellites en orbite basse.