C’est la seconde fois que l’éditeur expérimente une version poste fixe de Messenger. Il y a quelques années, l’éditeur avait déjà créé une version Windows de Messenger, avant de l’arrêter en 2014.