La Commission européenne incite au partage d'informations entre les applis développées par les États membres. Une interopérabilité possible, si et seulement si, elles sont décentralisées. Ce qui n'est pas le cas du logiciel français.