A Nérac, la vidéosurveillance rejetée par référendum

Mis à jour le
A Nérac, la vidéosurveillance rejetée par référendum
 

Le maire de Nérac (Lot-et-Garonne) a renoncé à installer un dispositif de vidéosurveillance dans sa commune après un référendum local, dimanche 6 novembre, qui a vu 59 % des votants se prononcer contre le projet.

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Belzébuthàquionapiquélepseudo
    Belzébuthàquionapiquélepseudo     

    Partout ça a été "Non" quand on a demandé au peuple, alors que c'est "Oui" quand ce sont les hommes politiques qui votent/décident, on peut se demander s'ils représentent véritablement leurs citoyens

  • DBL8
    DBL8     

    Je connais des maires qui promettent des référendums lors de campagnes électorales, mais qui les passent à la trappe une fois élue !
    Même lorsqu'ils sont demandés par des élus d'opposition lors de campagne électorale.

Votre réponse
Postez un commentaire