En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Le Louvre Lens protège ses oeuvres avec des mini-détecteurs radio

Le musée installe de mini-détecteurs de mouvement par radiofréquence, sur ses oeuvres, pour les protéger. Une technologie développée par une PME française.

laisser un avis
agrandir la photo
On pourrait parler de protection électronique rapprochée... Le musée du Louvre Lens appose sur ses oeuvres d'art exposées, de mini-détecteurs ultra-fins, de la taille d'une carte de crédit, qui guettent tout mouvement anormal appliqué à l'objet ainsi "étiquetté". Avec le nouveau système, la remontée des alarmes détectées s'effectue de manière instantanée, en utilisant une technologie sans fil.
L'acte de vandalisme dont a été victime, cet hiver, la peinture "La Liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix, n'est sans doute pas étranger au renforcement des mesures de sécurité au Louvre Lens.
Le détecteur est matérialisé par une sorte d'étiquette (ou tag) incorporant un mini-transmetteur par radiofréquence. Il est à associer à un système de vidéosurveillance pour permettre ensuite une levée de doute rapide par les personnes en charge de la sécurité.
L'utilisation des ondes radio évite le câblage et permet une dispersion aisée et un maillage souple des détecteurs de mouvement sur toute la zone d'exposition à protéger.
La technologie retenue par le musée (installée in situ par la société Cofely Ineo) a été développée par la société française Editag, originaire des Bouches-du-Rhône. Ses systèmes protègent déjà le musée des Beaux-Arts de Reims, celui de la Fondation Claude Monet de Giverny et le musée Granet à Aix-en-Provence.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Vie privée : la CNIL s'intéresse aux puces sans contact
E. Leclerc pilote sa logistique en temps réel grâce aux puces RFID
Un supermarché canadien suit les chariots des clients par puces radio
Le spécialiste du RFID Nexess lève 2,5 millions d’euros
Leclerc lance un vaste plan de déploiement RFID dans son réseau logistique
Retracer tout le circuit d’un produit en un coup d'oeil
[Best of blogs 2011] La SSII m’a tuer / La RFID dangereuse ? / Le monde de l’après PC / Pénurie de développeurs
Airbus construit le premier avion 100% RFID
Des promotions en magasin pour des fans sur Facebook
Les 10 innovations du magasin du futur
10 innovations qui changent l'entreprise
Dix millions d’euros pour des projets de services mobiles sans contact
Implanet trace les implants médicaux
Quatre secteurs en pointe dans l'adoption des étiquettes électroniques
Tikitag : les objets du quotidien se connectent à la Toile
Le CHU de Dijon piste ses armoires à linge
7000 internautes réussissent à numériser les déclarations des parlementaires.
Le gendarme des télécoms menacé par Arnaud Montebourg ?
Stephen King, Paul Auster et des centaines d'autres écrivains ligués contre Amazon