En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Business

Diffamation sur Internet : les Français connaissent-ils la loi ?

Sur la toile, la diffamation, l’injure, le dénigrement ou l'usurpation d'identité se portent bien. Les avocats du cabinet Jurisexpert ont fait un point sur le sujet.

laisser un avis
Diffamation sur Internet : les Français connaissent-ils la loi ?
Diffamation sur Internet : les Français connaissent-ils la loi ?
La démocratisation du web a des effets pervers comme nous le constatons chaque jour dans l’actualité des high-tech. Hier, 26 mars, à Lille, le cabinet Jurisexpert a organisé une rencontre pour faire un point sur la diffamation sur Internet et l'état du droit en la matière avec des avocats spécialisés.
D'entrée on en en retiendra que pour Blandine Poidevin, avocate dans les nouvelles technologies, « dans 80 % des cas, les demandes visent avant tout le retrait des propos, les procédures devant les tribunaux restent minoritaires ». Mais qu'il s'agisse de se protéger de telles attaques ou à l'instant de déverser sa mauvaise humeur contre son voisin ou son supérieur hiérarchique sur internet, mieux vaut y réfléchir.

La loi française n'est applicable... qu'en France

Pour briser les idées reçues, il ne faut pas oublier que sur Internet tout n'est pas permis et que l'anonymat n'existe pas. Les procédures initiées par les avocats et les tribunaux se sont rodées et s'adapter aux évolutions. Diffamation et injure, qui visent nommément une personne ou une structure, ou dénigrement de produits ou services, la loi veille. Il en va de même de l'usurpation d'identité. Créer une page Facebook ou un compte Twitter à la place d'autrui est un délit.
Pour nombre de sites, le premier échelon de réaction est souvent à portée de souris. Via des procédures assez simplifiées, la personne attaquée injustement peut dénoncer les faits et demander le retrait des propos.
Pour Jurisexpert cette première étape donne des résultats aléatoires. Il y a de bons et de mauvais élèves. Plus réactifs les sites « people » très fréquentés et les sites professionnels tels Viadeo caracolent en tête. Dans l'affaire de la fausse fiche Viadeo, le site a même aidé la procédure en fournissant des éléments de preuve. À l'opposé d'autres sites préfèrent faire la sourde oreille y compris lors des mises en demeure de la justice, au motif que la loi française ne leur est pas applicable en raison de leur pays d'origine.
Parmi eux, Twitter s'est encore illustré voilà quelques semaines dans l'affaire des propos antisémites en refusant de donner la moindre information permettant d'en identifier les auteurs même si tout récemment le contenu litigieux a été retiré.

Trois mois pour lancer une action en justice

Si l'arsenal législatif semble en cours d'évolution positive, des difficultés persistent néanmoins. Une action en justice pour diffamation n'est recevable que si elle est lancée dans les 3 mois suivant la diffusion des propos.
Un délai trop court qui devrait prochainement être porté à un an. L'anonymat des cybercafés qui appliquent très peu la réglementation les obligeant à tenir le registre de leurs clients est un autre écueil. Et certains individus bien malintentionnés réussissent ainsi à échapper aux sanctions.
S'ils restent rares, les cas d'impuissance de la justice à faire cesser le trouble existent. Ultime solution, le recours aux sociétés d'e-reputation qui se chargeront de « noyer » le contenu litigieux dans du contenu positif. L'opération a un coût, mais de l'aveu même des avocats de Jurisexpert, moindre que celui d'une procédure surtout si la recherche de la condamnation du fautif ne présente que peu d'intérêt.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L’Internet européen : une belle idée, mais utopique
Nul n’est censé ignoré la loi… même sur Internet
iPhone 6 : les dernières rumeurs
Les rumeurs du Samsung Galaxy S5 : infos ou intox ?
Pourquoi Bouygues se risque à la guerre des prix sur l'Internet fixe
JTech 165 : LeWeb 13, la voiture connectée, le salon nautique, le top des objets connectés
Loi sur la prostitution: recul du gouvernement sur le blocage d'Internet
Les Taxis G7 embarquent des hotspots wi-fi connectés en 4G
Les appareils photo connectés à Internet séduisent les acheteurs
Orange déploie l'un des plus grands data center d'Europe, en Normandie
Un décret va encadrer la réservation par Internet des rivaux des taxis
La géolocalisation n'aurait pas dû servir à licencier un salarié absent à tort
Données privées, Google n’a plus que trois jours pour respecter le droit français
Iran : un problème technique a rendu Twitter et Facebook accessibles
La Banque de France inclura enfin l'e-commerce dans ses statistiques
Internet: l'Europe élève le ton dans le litige sur les extensions .vin et .wine
Les hôteliers soutenus par les députés face aux sites de réservation
60 % des pages Web pornographiques sont hébergées aux Etats-Unis
Amazon aurait réalisé des tests de connexion avec une nouvelle techno sans fil