En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Etat civil payant sur Internet : les généalogistes contre-attaquent

La Charente veut faire payer l'accès à ses archives de l'état civil, mises en ligne prochainement, aux généalogistes qui attaquent en justice cette décision.

laisser un avis
agrandir la photo
« Aujourd'hui, 87 départements proposent sur Internet des archives numérisées. Tous ces sites sont gratuits, sauf un, celui du Calvados. Et prochainement, un autre département, celui de la Charente, devrait rejoindre ce "club" très fermé des sites Web d'archives payants » se plaint sur son site la fédération française de généalogie qui vient d'attaquer en justice le département de la Charente.
Ce dernier s'apprête à mettre en ligne les archives anciennes de l'état civil au cours du premier trimestre 2013 et leur accès sera payant pour les généalogistes qui devront payer un abonnement pour quelques jours, une semaine, un mois ou un an.
Dans son argumentaire, la fédération de généalogie demande au tribunal administratif de Poitiers d'annuler la délibération du département de la Charente qui réclame cette participation financière aux généalogistes.
La direction des archives de ce département justifie cette contribution par le budget de 500 000 euros sur 3 ans nécessaire à la restauration et la numérisation. Ce chiffrage inclue la mobilisation de 8 agents à plein temps, sans compter le coût de l'hébergement de ces données sur les serveurs et leur maintenance informatique. Elle rappelle, un peu malicieusement, que la consultation de ces documents sur place, en salle de lecture, reste gratuite.
Cette polémique soulève la question de l'accès gratuit aux données publiques financées par les impôts des citoyens.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Les bases de données hébergées dans le cloud, nouvelle cible des pirates
Dossier spécial OpenWorld 2013
Suivez l’Oracle OpenWorld sur 01Business.com
Magasins Virgin : la FNAC a racheté 54 000 euros le fichier clients
Magasins Virgin : la Fnac a racheté 54 000 euros le fichier clients
Magasins Virgin : la base des 1,6 millions de clients vendue... 122,50 €
Oracle persiste à construire des serveurs dédiés
Le métro parisien au cœur de l’infrastructure cloud
Les ventes de serveurs Oracle s’écroulent
Un cloud pour affranchir ses bases de données du Patriot Act américain
Oracle dénonce des dessous de table entre HP et Intel
Les serveurs Itanium continueront au moins jusqu'en 2021
Stockage : Isilon à la conquête des entreprises avec une solution de niche
Les serveurs Linux 50 % plus rapides
Les technos qui s'imposeront en 2011 : une carte remplace 40 disques durs
La Silicon Valley après la crise : Clustrix se donne pour mission de sauver SQL
MySQL 5.5 jouera les seconds rôles chez Oracle
La réplication continue renforce PostgreSQL
Photos de stars nues : Jennifer Lawrence fait déréférencer un site par Google