En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Business

L’ancien patron de Google Chine est confiant dans l’avenir de l’Internet chinois

Sur le réseau professionnel LinkedIn, Lee Kai-Fu, investisseur et ancien PDG de Google en Chine, a partagé son optimisme sur les changements qui pourraient intervenir dans l’ex-Empire du milieu grâce aux cybercitoyens.

laisser un avis
L'ancien patron de Google en Chine, Lee Kai-Fu, s'est déclaré aujourd’hui mardi 19  février, optimiste sur l'avenir de l'immense communauté des internautes chinois, malgré l'implacable censure dont il est devenu lui-même la dernière victime.

Microblogueur influent

Cet Américain né à Taïwan est l'une des personnalités les plus suivies sur les réseaux sociaux chinois, avec 30 millions d'abonnés sur Sina Weibo et 24 millions sur Tencent Weibo, les deux poids lourds des services de microblogging en Chine.
Dans un message publié dimanche sur Twitter, Lee Kai-Fu a annoncé que ses comptes Weibo avaient été neutralisés depuis trois jours, un bannissement qui a provoqué pas mal de remous chez ses dizaines de millions de fans. L'influent homme d'affaires ne s'est pas privé par le passé de critiquer la censure en Chine. Il a également longuement décrit et commenté l'élection présidentielle à Taïwan, alors que le régime communiste à Pékin juge non transposable un tel un scrutin démocratique en Chine continentale.
© LinkedIn
Lee Kai-Fu, ancien PDG de Google Chine

Une population de cybercitoyens responsables

Aujourd’hui, dans un message publié sur le réseau professionnel LinkedIn, Lee Kai-Fu a reconnu avoir été « ces trois dernières années l'un des membres des réseaux sociaux chinois qui se sont le plus fait entendre ». « Je ne suis pas un militant et je ne poursuis pas de but politique. Je suis considéré comme un microblogueur modéré mais direct », a-t-il ajouté, en s'abstenant de toute critique frontale des autorités.
« Malgré les revers et les obstacles, je suis convaincu qu'émerge en Chine une population importante de cybercitoyens responsables, qui vont façonner l'avenir de la Chine », a-t-il également écrit. « J'ai hâte de revenir quand prendra fin cette pause ».

En Chine, la censure est très active sur Internet pour empêcher toute critique du gouvernement ou mention de la question des droits de l'Homme. La Toile est expurgée de sites politiquement sensibles et Pékin contrôle étroitement la communauté des plus de 560 millions d'internautes.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Projet Ara, le smartphone modulable de Google commence à prendre corps
Cloud : Apple est le bon élève vert, Twitter et Amazon portent le bonnet d’âne
Google lancera bientôt son Google Bike, un vélo autonome
Alibaba investit 692 millions de dollars dans une chaîne de magasins en Chine
JTech 177 : Chromecast, Raquette connectée Babolat, Qobuz, choisir son imprimante (Vidéo)
Google monte au créneau pour défendre ses Glass
Larry Page, PDG de Google : « J’essaie de me concentrer sur ce que sera le futur »
Test Chromecast : points forts et points faibles de la clé TV Google (vidéo)
Google lance Chromecast en France et (re)part à l’assaut de la télévision
Les géants du web chinois frappent à la porte de Wall Street
Google et LG pourraient sortir une smartwatch sous Android à l’automne
Marc Fiorentino : "Les valeurs technologiques américaines n'ont jamais connu une telle flambée"
Google encourage à créer des applis pour Android sur les appareils wearables
Drones Facebook contre ballons Google : la bataille de l'Internet du ciel (Vidéo)
Google Ara : un smartphone en kit, pour quoi faire ? (Vidéo)
Projet Ara, le smartphone modulable de Google sera vendu à partir de 50 dollars
L’Internet européen : une belle idée, mais utopique
Google lance un fonds de 300 millions pour aider les startups matures
Microsoft : Cortana, le concurrent de Siri, sera intégré à Windows Phone 8.1
Projet Tango, Google dévoile un smartphone qui cartographie notre monde en 3D