En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Affaire Megaupload, vers un abandon des charges contre Kim Dotcom ?

De nouveaux documents officiels dévoilés récemment montrent que le FBI aurait piégé Kim Dotcom. Des agissements qui pourraient aboutir à l’abandon des charges contre le fondateur de Megaupload, selon son avocat.

laisser un avis
Après la perquisition chez Kim Dotcom jugée illégale, l’affaire Megaupload n’a pas fini de révéler de nombreux dérapages, et pas forcément du côté des accusés. Dernier rebondissement en date, le FBI aurait piégé Kim Dotcom pour le faire tomber, lui et son service dans le cloud.

Le FBI mal intentionné

Ainsi, en 2010, dans le cadre d’une enquête sur un site Web, nommé NinjaVideo, qui stockait des films pirates sur Megaupload, 39 fichiers ont été identifiés violant les droits de la propriété intellectuelle. Alerté par le FBI de l’existence de ces fichiers, Megaupload s’est proposé de les effacer. Mais selon Kim Dotcom, dont les propos sont rapportés par le New Zealand Herald, « nous avons été informés (par le gouvernement américain) que nous ne devions pas interférer avec l’enquête en cours. Nous avons totalement coopéré ».
Deux ans plus tard, en 2012, le FBI reproche à Megaupload d’héberger des fichiers illégaux et de ne pas les avoir supprimés. « Le FBI a utilisé le fait que les fichiers étaient toujours présents sur le compte de l’utilisateur pour obtenir un mandat pour faire saisir notre domaine. C’est scandaleux ».
D’autant plus gênant pour le FBI que celui-ci a obtenu un mandat en omettant de préciser que l’enquête de 2010 ne visait pas Megaupload mais une société tiers utilisant son service. De fait, Megaupload n’avait pas à supprimer les fichiers, puisqu’un ordre contraire lui a été donné.

Super jackpot pour Kim Dotcom

Cette nouvelle information est devenue disponible depuis qu’une partie des documents officiels a été ouverte à la consultation. Une ouverture rendue possible par la procédure intentée par l’Electronic Frontier Fondation en lieu et place d’un utilisateur de Megaupload.
Cette façon de procéder, selon la défense de Kim Dotcom, démontre que le FBI et les autorités américaines sont mal intentionnées. L’avocat de Kim Dotcom déclare que ces méthodes déplacées pourraient aboutir à l’abandon des charges avancées par le FBI.
Pas étonnant, dès lors que Kim Dotcom ait commenté cette nouvelle de manière plutôt euphorique. « Nous avons immédiatement touché le jackpot – ce premier petit bout de papier est le super jackpot ! », déclarait-il au New Zealand Herald.

De bonne foi

Kim Dotcom se retrouve du coup dans la position du net entrepreneur qui peut clamer haut et fort sa bonne foi : « Nous avons toujours coopéré (avec la justice, ndlr). Nous avons répondu aux demandes de retraits de fichiers. Nous avons été de bons citoyens entrepreneurs. »
Un mois après la procédure contre NinjaVideo, le fondateur de Megaupload envoyait un mail à ses partenaires indiquant que cette affaire représentait « une sérieuse menace pour (leur) entreprise ». Il leur demandait alors : « devons-nous déplacer notre domaine dans un autre pays (au Canada ou même à Hong Kong ?) ». Finalement, pensant être dans la légalité, Megaupload avait maintenu son domaine lié aux Etats-Unis, jusqu’à sa fermeture le 19 janvier 2012.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Affaire Megaupload, une juge déclare qu'il y a eu « erreur judiciaire »
Megaupload : le mandat de perquisition chez Kim Dotcom, finalement jugé légal
Kim Dotcom quitte Mega pour se concentrer sur son avenir… et Megabox
Les services secrets néozélandais ont utilisé PRISM pour faire tomber Megaupload
Megaupload : toutes les données des utilisateurs européens ont été effacées
L’examen de l’extradition de Kim Dotcom pourrait être repoussé jusqu'en avril 2014
Kim Dotcom : les géants du Web violent un de ses brevets, il réclame leur aide
Megaupload : la défense de Kim Dotcom demande l’abandon de l’affaire faute de fond
Kim Dotcom n'est pas un pirate et dépense beaucoup sur iTunes...
Mega s’offre une version Web mobile en attendant son application dédiée
Kim Dotcom, accueilli par la Nouvelle Zélande pour mieux être arrêté et extradé ?
Kim Dotcom crée le buzz via Skype et n’ira « jamais en prison aux Etats-Unis »
Zapping Techno 1/10 : retour sur Janvier 2013
Phone Apps #29 : Waze, Moovit, Mega, DarkLings, DrumPad24 et eDJing
Silk Road, le super marché de la drogue ouvre à nouveau ses portes sur le Net
Kim Dotcom précise son programme politique et mise sur le tout numérique
Mega revendique quatre millions d'utilisateurs
Chiffrement sur le Web, FBI et NSA voulaient obtenir les clés SSL de géants du Net
Kim Dotcom crée un fonds d’investissements pour défendre la vie privée en ligne
Données Megaupload effacées : Kim Dotcom prépare une action en justice