En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Affaire Megaupload : YouTube inflige un camouflet à Universal [MAJ]

Universal avait fait retirer une vidéo faisant la promotion du site de direct download. Alors que ce dernier le poursuit en justice, YouTube vient de remettre en ligne le clip à l'origine du conflit.

laisser un avis

Mise à jour le 20 décembre 2011

Dans l'affaire opposant le site de direct download à Universal Music, Google a pris parti pour le premier. Il a renvoyé la major dans ses cordes en publiant à nouveau sur YouTube le clip de Megaupload. Le studio reproche à ce dernier d'avoir utilisé des images de ses artistes pour promouvoir son service dans la chanson The Mega Song. Il avait pour cette raison fait supprimer le clip du compte officiel de Megaupload. La filiale de Google a expliqué la réapparition de la vidéo à Time : « Nos partenaires n'ont pas l'autorisation de retirer des vidéos de YouTube à moins d'en avoir les droits, ou s'il s'agit d'une performance live soumise à des accords exclusifs avec leurs artistes. »

Cette déclaration fait couler beaucoup d'encre dans la presse américaine. Les médias s'interrogent sur le fait que la major puisse d'elle-même retirer de YouTube les vidéos qui violent les droits de ses artistes. D'autant que, dans une lettre publiée sur artstechnica, l'avocat d'Universal Kelly Klaus a spécifiquement fait référence à un accord signé entre la major et YouTube. « Comme vous le savez, les droits d'Universal dans cette affaire ne sont pas limités aux droits d'auteur, mais sont énoncés de manière plus complète dans l'accord du 31 mars 2009. »

agrandir la photo
Première publication le 13 décembre:
Megaupload porte plainte contre Universal Music
Le site de direct download reproche à la major d'avoir fait supprimer de YouTube un clip promotionnel dans lequel des artistes d'Universal vantent ses mérites.
C’est une première. Megaupload, l’un des sites d’hébergement de fichiers les plus populaires, lance une action judiciaire contre Universal Music. La raison de la discorde : un clip promotionnel dans lequel des stars sous contrat avec la major disent tout le bien qu'elles pensent du site de direct dowload. Will.i.am, des Black Eyed Peas, Alicia Keys, Snoop Dogg, Puff Daddy ou encore Jamie Foxx chantent M-E-G-A-Upload to me today. Send me your file (« M-E-G-A-charge-moi quelque chose aujourd'hui. Envoie-moi ton fichier. »). Le clip, intitulé The Mega Song, a été mis en ligne sur YouTube et rapidement diffusé sur les réseaux sociaux… jusqu’à ce qu’Universal Music intervienne.

Megaupload dit avoir les droits d'exploitation

La société de production a fait retirer la vidéo, à la demande des ayants droit. Interrogé par TorrentFreak, le fondateur de Megaupload, Kim Schmitz, riposte : « Rien, dans notre chanson ni dans la vidéo, n’appartient au groupe Universal Music. Nous avons signé des accords avec tous ces artistes. »
Dans sa plainte, Megaupload affirme que les artistes lui ont cédé tous leurs droits pour cette vidéo promotionnelle. Depuis, Universal a précisé à Billboard qu’il n’avait pas demandé le retrait du clip pour une infraction au droit d’auteur, mais parce que l’une de ses artistes, Gin Wigmore, n’aurait pas autorisé la diffusion de ces images. Selon la major, d’autres chanteurs apparaissant dans la vidéo seraient dans la même situation. Le magazine américain croit savoir que les avocats du leader des Black Eyed Peas auraient exigé la suppression des images de leur client.


Les artistes sous contrat n’ont pas le droit de faire la promotion d'une tierce partie sans le consentement de leur label. Si Megaupload possédait bien les autorisations nécessaires, une telle entorse pourrait mettre les intéressés en porte-à-faux avec leur maison de disques.
TheCMUwebsite.com, un site spécialisé dans la musique, évoque une autre possibilité. Les artistes auraient pu livrer de leur plein gré de courts témoignages sur leur utilisation de Megaupload sans savoir que leurs propos seraient mixés pour en faire un titre.
Ce litige survient alors que les autorités américaines examinent le projet de loi Stop Online Piracy Act. Le texte prévoit la possibilité d'un filtrage complet des sites suspectés de piratage, ce qui reviendrait à interdire tout simplement Megaupload aux Etats-Unis.

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Megaupload : le mandat de perquisition chez Kim Dotcom, finalement jugé légal
Données Megaupload effacées : Kim Dotcom prépare une action en justice
L'usage personnel et intensif de l'Internet au travail reste une faute
Un des co-fondateurs de The Pirate Bay voit son emprisonnement prolongé
Affaire Dieudonné, Fleur Pellerin rappelle que le racisme en ligne est condamnable
La géolocalisation de mobile par la police sera encadrée par la loi en 2014
Guerre des brevets : Apple l’emporte face à Samsung en Corée du Sud
Le contrôleur imposé à Apple dans l’affaire des ebooks lui coûte trop cher
Le PDG d'Orange va demander l'annulation de sa mise en examen
Données privées: Google "pactise" avec 38 Etats américains en payant une amende
La géolocalisation de suspects par la police doit être encadrée par un juge
Kim Dotcom quitte Mega pour se concentrer sur son avenir… et Megabox
Facebook : 20 millions de dollars à payer pour usage litigieux de données privées
Les services secrets néozélandais ont utilisé PRISM pour faire tomber Megaupload
Quatre opérateurs mobiles attaquent Orange et SFR en justice
Tweets antisémites : Twitter a livré des données à la justice française
Ebooks, Apple a été reconnu coupable d’entente illicite sur les prix
Apple défendait cette semaine Siri contre une plainte pour violation de brevet
Lutte antipirate : l’industrie du cinéma attaque les géants du Net en justice
Megaupload : toutes les données des utilisateurs européens ont été effacées