En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Business

Un salarié ne peut pas dénigrer son ex-employeur sur le Net

L'ancien commercial d'une société de référencement a été condamné pour avoir divulgué des informations dites confidentielles sur l'entreprise.

laisser un avis
Insatisfait de son ancien employeur, un cadre a voulu faire justice lui-même en publiant sur la Toile les méthodes commerciales et d'organisation de son ex-patron. Mal lui en a pris. Le salarié vient d'être condamné par le tribunal de grande instance de Béthune.
La justice a estimé que l'homme avait violé une obligation contractuelle de confidentialité renforcée envers son ancien employeur. Certes, il ne devra verser en dommages et intérêts que la somme symbolique de 1 euro à son employeur, celui-ci n'ayant pas demandé plus. Mais la justice octroie à ce dernier la possibilité de demander la publication du jugement dans quatre revues ou magazines aux dépens de son ancien collaborateur. Et ce, à hauteur d'un montant total de 10 000 euros hors taxe.

La liberté d'expression ne peut être invoquée

Le jugement qui vient d'être rendu public par le site Legalis nous en apprend un peu plus sur les motivations de la Cour. Le tribunal a rappelé que « les clauses de confidentialité sont licites dans un contrat de travail, dans le but de protéger les intérêts de l'entreprise employeur [...], de telles clauses restreignent nécessairement la liberté d'expression du salarié ». Une liberté d'expression que faisait valoir dans sa défense le salarié poursuivi dans cette affaire.
Lors de son embauche, le collaborateur a signé une clause « qui s'étend expressément à l'expiration de son contrat. Son signataire est dont tenu à une obligation de loyauté vis-à-vis de son ancien employeur, prohibant tout propos préjudiciable auprès de tiers relativement à ce dernier en vue de nuire à sa réputation ».
En publiant des informations relatives au fonctionnement, aux pratiques commerciales « dans des termes très négatifs de son ancien employeur sur son blog ou d'autres sites publics, le salarié a manqué à son obligation contractuelle de loyauté ».
« L’argument du défenseur, selon lequel il s’agirait là d’un simple moyen de libre expression, est sans portée, dès lors que d’une part, il n’a pas agi dans un but d’intérêt général, mais dans un but manifeste de vengeance, et que d’autre part, les moyens employés, via plusieurs sites Internet, étaient disproportionnés eu égard au seul but de relater son expérience personnelle dans l’entreprise », a estimé le tribunal.

Publication permanente du jugement

En sus des frais d'avocat de la partie adverse et d'éventuelles sommes liées à la publication du jugement, le salarié est contraint de mettre en ligne de manière définitive le jugement sur son blog. La justice lui intime aussi l'ordre de supprimer tous les articles dont les URL sont fournis dans les attendus, publiés sur d'autres sites Internet ou forums concernant son ancien employeur.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
176 000 euros d'amende pour avoir géré un site de téléchargement
Téléchargement illégal : Aurélie Filippetti critique à nouveau l'Hadopi
Free condamné pour avoir volontairement bridé son débit
Google condamné en France pour abus de position dominante
Google condamné pour suggestion « injurieuse » [MAJ]
Hotfile obligé de diffuser les données de ses utilisateurs à la MPAA
Spam : condamné à verser 360 millions de dollars à Facebook
SFR condamné à payer 20 000 euros à un abonné privé de connexion
Douze internautes condamnés pour contrefaçon de films
Attention à l'appel au boycott en ligne
Une amende de 90 000 euros pour avoir reproduit en ligne des dépêches AFP
SFR condamné pour « harcèlement » d'un de ses anciens abonnés
eBay condamné à verser 200 000 euros à Vuitton
Une internaute condamnée à identifier un contrefacteur sur eBay
Google à nouveau condamné pour une suggestion de recherche diffamante
Psystar a retiré de ses rayons les clones de Mac (MAJ)
France Télécom sommé de rembourser 1 milliard d'euros d'aides
LVMH fait condamner eBay à 1,7 million d'euros d'amende
Condamné à verser 711 millions de dollars à Facebook