Licenciement : le mail ne se substitue pas aux procédures classiques

Sofinco vient d'être condamné à verser 10 290 euros à un employé pour lui avoir signifié son licenciement par mail.

Votre opinion

Postez un commentaire