Les médecins tardent à s'informatiser