Le paradoxe des laissés-pour-compte de la pénurie