L’institution a validé le suivi des malades et de leurs contacts. Mais il restreint notamment l'accès à ces données.