Passer au contenu

« Il n’a rien de révolutionnaire » : Yann LeCun, pionnier français de l’IA, n’est pas impressionné par ChatGPT

Le « scientifique en chef » en matière d’IA chez Meta, titulaire du prestigieux prix Turing pour ses travaux pionniers sur le deep learning, a souhaité mettre les points sur les « i » à propos de ChatGPT et de son concepteur OpenAI.

« Cela n’a rien de révolutionnaire, même si c’est ainsi que c’est perçu par le public ». À l’occasion d’une conférence en ligne à laquelle a pu assister ZDnet, Yann LeCun a tenu à tempérer les ardeurs qui agitent le Web depuis le lancement de ChatGPT, à la fin novembre.

Sa parole est intéressante, car Yann LeCun est loin d’être n’importe qui. Les travaux du chercheur français, désormais scientifique en chef pour l’IA chez Meta, sont en effet aux origines de la technique du deep learning, ou apprentissage profond, qui a révolutionné l’intelligence artificielle à partir de la fin des années 2000. Des recherches qui lui ont même valu le prestigieux prix Turing, le « Nobel de l’informatique ».

A lire aussi : Cinq astuces pour obtenir de meilleures réponses avec ChatGPT

« Bien ficelé, mais pas particulièrement innovant »

ChatGPT repose, lui aussi, sur le deep learning pour fonctionner. Mais ne représente pas, selon LeCun, une avancée technique majeure. « En matière de techniques sous-jacentes, ChatGPT n’est pas particulièrement innovant » a-t-il notamment rappelé durant la conférence, tout en admettant que ChatGPT « est bien ficelé, bien réalisé ».

Comme le rappelle aussi LeCun, OpenAI est en effet loin d’être le seul à travailler sur des IA de ce genre, ni forcément en avance sur d’autres laboratoires de recherche. Meta, son employeur, a, lui aussi, conçu un « grand modèle de langage », qui répond au doux nom d’OPT-175B. D’une taille comparable à GPT-3, le modèle qui anime ChatGPT, il a d’ailleurs été livré gratuitement à la communauté scientifique. Google travaille, lui aussi, à des technologies similaires, et a déjà fait la démonstration publique de son bot LaMDA il y a presque deux ans.

« Et il n’y a pas que Google et Meta : une demi-douzaine de start-up dispose d’une technologie fondamentalement très similaire », a précisé LeCun, d’après ZDnet. Avant de rappeler que la technologie derrière le modèle GPT-3 vient à la fois de travaux sur l’apprentissage auto-supervisé, une technologie que LeCun « préconise depuis longtemps, avant même qu’OpenAI n’existe »… Mais aussi des « transformeurs », technique de deep learning introduite par des chercheurs de Google en 2017. Sans compter l’usage d’un feedback humain (RLHF) inauguré par DeepMind -désormais propriété de Google – en 2017.

« ChatGPT et d’autres grands modèles de langage ne sont pas sortis de nulle part, ils sont le résultat de décennies de contributions de diverses personnes » résume LeCun sur Twitter.

Mais que font Google et Meta ?

Reste toutefois une question : si cette technologie est prête, notamment chez des entreprises comme Google ou Meta, pourquoi la laissent-ils au placard ? Selon LeCun, la réponse est assez simple : OpenAI est une entreprise naissante dont l’équation économique est très différente de celle de groupes plus établis. Questionné à ce sujet par un internaute, il répond sur Twitter : « De grandes entreprises auraient pu faire une démonstration publique, mais ne l’ont pas fait, car elles ont moins à gagner qu’une petite entreprise à la recherche d’investisseurs, et beaucoup plus à perdre (à cause de la mauvaise presse). »

Et il est vrai qu’en matière de mauvaise presse, Meta en connaît en effet un rayon. L’entreprise de Mark Zuckerberg a toutefois lancé une expérimentation avec BlenderBot, mais ce robot est uniquement disponible aux États-Unis et a été critiqué à son lancement pour avoir repris des théories complotistes. Quant à Google, il craint visiblement de lâcher un monstre qui nuirait à sa réputation… Et à son porte-monnaie.

Cela devrait vite changer : LeCun n’hésite pas à dire que Meta multipliera les services d’IA générative à l’avenir. Et chez Google, c’est le branle-bas de combat pour vite contrer les initiatives d’OpenAI. ChatGPT n’est peut-être pas révolutionnaire, mais a fait bouger les lignes en quelques semaines.

Source : Zdnet.com


Eric LE BOURLOUT
Journaliste
Votre opinion
  1. Entièrement d’accord , l’assistant de Google sur mon S22 Ultra tient une “petite conversation” depuis fort longtemps , et bien avant le S22 . Ce n’est rien de plus qu’un assistant plus évolué , qui maintenant rédige la réponse , au lieu d’exposer , les sites exposant ce qu’il en est . pour moi , on trés trés loin d’une intelligence . Rien de neuf , mais c’est bien l’agencement de la réponse qui fait l’effet “OUAH” .

    1. Posture très française de considérer un leader comme non impressionnant. Pour avoir discuté (et le mot n’est pas mal utilisé) avec Chat Gpt, je peux dire que les IA actuelles et les pseudo IA que sont Google assistant et Alexa sont de la prehistoire.
      Chat Gpt est capable de tenir des conversations sur n’importe quel sujet avec une connaissance et un discours (sans parti pris, ni sentiment) qui laisse pantois.
      Le jour où la France sera en mesure de produire cette forme d’images on pourra considérer que ce n’est pas exceptionnel. Pour le moment ça reste des opinions (avec parti pris…)

  2. J’ai arrêté à “l’ia de méta….” peut etre une pointure y’a des années mais pour finir chez méta…. Sad

  3. Le mec a surtout le seum qu’une entreprise ait réussi a sortir un produit fonctionnel, la ou il a échoué. Il faut accepter qu’il y a toujours plus intelligent que nous. Il faut qu’il l’accepte également.

    1. Il faut reconnaître que ton orthographe grammaire, ne fait pas figure de lumière et ne réussira à pas aider notre pays à aboutir à de tels projets.
      heureusement qu’ils ont inventé l’IA pour palier à l’illettrisme auquel tu nous affliges

      1. Voilà une remarque qui fait avancer le débat, et qui donne des leçons surtout quand on sait qu’on ne dit pas palier à (qui s’écrit avec 2 L) mais pallier l’illettrisme…

        Vous avez raté une belle occasion de vous taire…

      2. Voilà une remarque qui fait avancer le débat, et qui donne des leçons surtout quand on sait qu’on ne dit pas palier à l’illettrisme auquel tu nous affliges (qui s’écrit avec 2 L) mais pallier l’illettrisme dont tu nous affliges…

        En matière de correction, on peut mieux faire 😀 !

  4. vu l’echec de son produit, à lui, il a beau jeu de l’ouvrir pour critiquer chatgpt..
    il a pas honte celui la..
    mais faut pas oublier que chatgpt n’est qu’un bot conversationnel statistique, rien de plus.
    ne pas faire l’erreur de lui faire confiance… ou de croire qu’il peut reflechir à votre place..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.