François Guichard ou la malédiction du câble